Publicité soupe Liebig

Quoi ? La soupe Liebig a 100% d’ingrédients naturels

La dernière publicité pour la soupe Liebig sonne plein d’hypocrisie, vous ne trouvez pas ? Celle dans laquelle la marque remercie les Français de lui avoir permis d’arriver à 100% d’ingrédients naturels. Elle renverse à la fois le sens des responsabilités et surfe sur un argument qui ne devrait pas en être un. On s’explique.

La publicité pour la soupe Liebig

Dans cette publicité, on découvre 3 scènes successives, dans lesquelles 3 personnes émettent une critique sur la soupe. La soupe d’avant que Liebig va venir révolutionner, puisque c’est le principe de la publicité en général. Problème, puis solution.

La première dit que c’est tellement salé qu’on pourrait déneiger avec. La deuxième se demande ce que c’est comme légume l’édulcorant E621. La dernière personne critique le goût en disant que « c’était pas dingue ».

Toute la publicité est rythmée par une voix off qui répète 3 fois « merci d’avoir râlé » et au total 4 fois « merci« . « Chers Français, merci d’avoir râlé au sujet des soupes toutes prêtes. Merci d’avoir râlé sur leur composition. Et merci d’avoir râlé sur leur goût. Grace à vous, les soupes Liebig changent et sont désormais préparées avec 100% d’ingrédients naturels. Merci d’avoir fais grandir nos soupes. »

On vous laisse découvrir le spot, pensé par l’agence de communication CLM BBDO.

100% d’ingrédients naturels, un présupposé qui en dit long

On pourrait décortiquer le sens de cette publicité ainsi : « Avant on mettait des ingrédients douteux, en connaissance de cause. Mais comme vous vous en êtes rendus compte et que vous avez râlé, on a dû mettre que des ingrédients naturels.« 

Si aujourd’hui il y a 100% d’ingrédients naturels, c’est qu’avant, il y avait des ingrédients pas naturels. C’est le principe du présupposé. On aimerait spontanément dire merci pour la bonne soupe Liebig. Mais à la fois on se sent lésé.

Soupe Liebig publicité

Pourquoi devrions-nous vous remercier Liebig de ne mettre que des produits naturels alors que ce devrait être normal ? La soupe est faite avec des légumes, rien de bien extraordinaire. Sans additifs, édulcorants, conservateurs. Pourquoi se gargariser alors de ne mettre que des bons ingrédients ?

C’est un peu comme ces autres produits, alimentaires et non alimentaires, qui utilisent sur leur emballages le mot SANS. Le gel douche sans paraben, les shampoings sans silicone, sans colorant. Le marketing joue de mentions qui nous disent qu’ils ne mettent pas de poison dans leurs produits. C’est comme si vous remerciez votre maman de ne pas avoir mis de saloperies dans le boeuf carotte. Il ne manquerait plus que Liebig ajoute la mention sans huile de palme !

D’ailleurs, on se demande comment ce type d’allégations peut encore exister. La DGCCRF, qui veille au grain sur les mentions abusives, n’hésitent pas à demander la suppression sur des pots de miel en France de phrases telles que « Ce miel ne contient ni colorant ni conservateur ».

Liebig, comme d’autres industriels de l’alimentaire, a contribué à une alimentation pleine de sel, de sucre, de gras, d’additifs exhausteurs de goût, de conservateurs. Pour donner de meilleures couleurs, pour que ça sente bon. Pour conserver plus longtemps. Pour nous rendre addict à ce goût.

Ils sont désormais devant l’obligation de se différencier en enlevant tous ces ingrédients douteux. Et ils arrivent en plus à s’en vanter.

Liebig inverse la charge de la responsabilité

Déjà, on peut sentir une forme de démagogie dans le discours « Chers Français, merci d’avoir râlé ». En général, quand on dit que les Français sont râleurs, ce n’est pas une flatterie mais bien une critique. Le discours publicitaire possède ce pouvoir si beau qu’il peut donner de la valeur à des mots qui ne sont à l’origine pas positifs. Il est possible en revanche de remercier la critique constructive, mais pas la râlerie.

Soupe Liebig changent grâce à vous

Ensuite, il y à ce « grâce à vous ». Ce « grâce à votre sens de la responsabilité », vous ne voulez plus manger les mêmes soupes qu’avant. Il aura fallut attendre que les Français et que l’opinion en général s’insurgent contre les additifs et le trop plein de sel pour que l’entreprise Liebig réagisse ?

La responsabilité devrait venir le l’entreprise en premier lieu, puisque c’est-elle qui vend le produit.

1 Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.